Emmanuel CORDIER

A 32 ans je reste bouche bée par l"immense beauté que nous offrent la nature et ses grands espaces. C’est d’ailleurs en forêt, dans les champs, les collines ou les montagnes que je me sens le plus dans mon élément.

Ingénieur agronome de formation, spécialisé en génie rural, je pratique aujourd’hui le métier de pilote d’avion cargo. J’ai ainsi l’immense plaisir de pouvoir admirer chaque semaine, pendu au firmament, le coucher de la lune et le lever du soleil. Perché à 6500 m d’altitude, les reflets d’une pleine lune sur le Danube ou sur le Rhin reste un spectacle inoubliable.

Bien que travaillant pour une entreprise à but lucratif, lorsque je suis en l’air je me considère davantage comme un disciple de Saint-Exupéry, avec toute la poésie qui lui est associée (mais sans son talent d’écrivain) que comme un pilote de ligne classique et le stéréotype qui va avec.

De mes voyages vers l’inconnu, avec des gens tout aussi inconnus, les moments qui me restent gravés en mémoire sont ceux autour d’un feu à la nuit tombée, dans le désert marocain ou la taïga sibérienne, à discuter dans une langue que tout le monde ne maîtrise pas si bien. Avec un peu de patience et beaucoup de curiosité, on peut se raconter et apprendre beaucoup de choses en utilisant très peu de mots.

Voir en ligne :